Maurice GIRARD

Maurice GIRARD (1935-1993) Chef d'entreprise

Né le 7 Août 1935 - Lyon, Rhône-Alpes, FRANCE.

Passionné d'équitation, il se lance dans l'élevage de chevaux au lieu dit du Luet à Mornant.

Il travail alors pour le compte de son père également, dans la société GIRARD. Il est en charge du pôle essence. Il crée la marque de station services OYO dans toute la France.

Le 12 décembre 1967, il se marie avec Marie Pierre RIVIERE avec qui il aura 3 enfants.

En 1984, les frères GIRARD revendent La société GIRARD à AGIP

En 1985, il se marie avec Françoise DUBOSSON avec qui il aura 1 enfant.

Dans les années 80, Maurice Girard reprend l’entreprise Forges des Margerides à Monsieur Moise, située à Vichy. Il se lance dans un nouveau marché : les motobineuses. On ne jardine plus comme avant, il faut s’adapter ! Plus petites et maniables, ces machines sont parfaitement adaptées aux surfaces désormais réduites des potagers et jardins. Les Forges de Margerides suivent les tendances et diversifient leurs activités en devenant fabricant de produits finis, ce qui leur permet de concevoir entièrement des machines. En 1992, la société opère son premier rachat avec la société PBL et ses lames de tondeuses. Après son dècès la famille GIRARD, place Robert GIRARD le frère de Maurice a la tête de la société conjointement avec Bruno GIRARD un des fils de Jean GIRARD afin d'amorcer la vente de la société. La société continue son expension avec en 1996 le rachat des bacs de ramassage de la société Kubota qui rejoignent les rangs de l’entreprise, désormais basée à Hauterive, dans la zone des Sables.En 2000 la société est vendue à M. Patrick BESOGNE (ancien bras droit et ami de Maurice GIRARD) et d'un fond d'investissement.

Assassiné le 7 avril 1993 , à l’âge de 59 ans, par Christian BOUDOT né le 14 Juin 1969 à Crecy Sur Somme (71) fils de Guy Boudot et Suzanne Jacquot. Celui-ci a été reconnu coupable et responsable de ses actes puis condamné à 16 ans de prison en Juin 2008 lors du procès aux assises de Lyon.

A quelques années de sa retraite volé, qu'il avait commencé à préparer, ses passions étaient les chevaux de course, la chasse, ses amis, sa famille.

Ce n'est qu'en 2004 et après 11 ans d'enquêtes infructueuses, que sur demande des enfants de Maurice et de son frère Robert, que le frère de l'auteur du crime est interrogé. Cet interrogatoire suivi d'écoute téléphonique permettent enfin de faire apparaitre le nom du meurtrier Christian Boudot.